La trottinette électrique - au même titre que le gyropode, l’hoverboard ou le monoroue - figure désormais à part entière dans le Code de la Route et constitue désormais une nouvelle catégorie de véhicule. Et ce depuis le 25 octobre 2019, date à laquelle le décret n°2019-1082 relatif à la réglementation des engins de déplacement personnel (EDP) a été publié au Journal Officiel. La plupart des mesures sont entrées en vigueur le 26 octobre. Petit tour d’horizon des nouvelles règles pour vous déplacer sereinement.

Quelles sont les conditions de circulation des trottinettes électriques ?

Vous circulez en trottinette électrique. Voici les nouvelles règles que vous devez respecter sous peine d’amende :

  • Circuler sur les bandes ou pistes cyclables. Lorsque la chaussée est bordée par une piste cyclable de chaque côté, l’engin doit emprunter celle qui est dans le sens de la route.
  • S’il n’y a pas de piste ou de voie cyclable, vous pouvez rouler sur les routes où la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 50 km/heure.
  • Vous n’avez pas le droit de rouler à deux de front en trottinette, gyropode ou hoverboard.
  • Il est également interdit de rouler à deux sur ce type d’engins.
  • Vous avez aussi le droit d’emprunter les aires et voies piétonnes, ainsi que les accotements bénéficiant d’un revêtement routier.
  • Si vous avez envie de sortir des agglomérations, vous aurez seulement le droit de vous rendre sur les pistes cyclables et voies vertes.
  • La vitesse maximale autorisée est de 25 km/heure. Sachant qu’à Paris, elle est limitée à 20 km/heure et 8 km/heure sur les aires piétonnes.
  • Vous n’avez pas non plus le droit de vous faire remorquer par un véhicule ou de tracter une charge ou un véhicule.

Les forces de l’ordre et les personnes ayant pouvoir de circulation peuvent toutefois mettre en place des dérogations à ces règles générales. Notamment permettre aux conducteurs de trottinette électrique de rouler sur les trottoirs au pas ou d’emprunter des voies où la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 80 km/heure.

Quel équipement devez vous porter pour rouler en trottinette électrique ?

Le port du casque est désormais obligatoire pour rouler en trottinette électrique. Ainsi que les éléments suivants :

  • Un gilet de haute visibilité ou un équipement rétro-réfléchissant la nuit ou en cas de faible luminosité.
  • Un dispositif d’éclairage qui n’éblouit pas ni ne clignote.
  • Laisser les feux de position allumés.
  • Si la personne a plus de 18 ans et accompagne des personnes mineures elle doit vérifier que ces jeunes respectent bien les règles. A condition qu’elle exerce une autorité de droit (comme les parents) ou de fait sur ces derniers.

Quel est l’âge minimal pour conduire une trottinette électrique ?

Pour conduire une trottinette électrique, il faut avoir plus de douze ans. Il est également interdit pour un adulte de plus de 18 ans ayant une autorité de droit ou de fait d’autoriser un mineur de moins de 12 ans à utiliser ce type d’engins.

À noter que la trottinette électrique étant une nouvelle catégorie de véhicule, chaque conducteur doit respecter le code de la route : stop, feu rouge, cédez le passage, priorité à droite…

Quelle amende en cas de non respect des nouvelles règles ?

Plusieurs amendes et contraventions de différents montants sont prévues si vous contrevenez aux nouvelles règles de circulation en trottinette électrique, gyropode ou hoverboard. Ainsi :

  • Circuler sur les trottoirs (à part autorisation des autorités compétentes) expose à une amende de 35 euros.
  • Rouler à plus de 25 km/heure pourra vous coûter jusqu’à 1 500 euros.
  • Le fait de débrider ce type d’engins vous coûtera entre 1 500 et 3 000 euros en cas de récidive.
  • Circuler hors agglomération - à part sur pistes cyclables ou voies vertes - vous vaudra une contravention de la 2e classe. Soit 35 euros.
  • Le fait de ne pas porter de casque vous expose à une contravention de la quatrième classe. Soit 135 euros.

Faut-il assurer sa trottinette électrique ?

Même si le décret ne précise rien en termes d’obligation d’assurance pour trottinette, hoverboard ou gyropode, il peut s’avérer judicieux de les assurer. Avoir un accident avec un véhicule motorisé, un vélo ou un piéton à une vingtaine de kilomètres/heure peut en effet engendrer des dommages physiques et matériels conséquents pour vous comme pour les autres usagers de la route. D’autant qu’en principe tout engin de ce type doit être assuré  - a minima - en responsabilité civile. Même si la loi ne l’oblige pas.

Voici les garanties indispensables pour assurer votre trottinette électrique, notamment s’il s’agit de votre moyen de transport privilégié en agglomération :

  • La responsabilité civile pour les dégâts que vous pourriez causer à autrui. Certaines trottinettes électriques peuvent être couvertes en responsabilité civile par votre assurance habitation. Même c’est souvent le cas des engins bridés à faible vitesse : généralement moins de 10 km/heure.
  • Les dégâts matériels sur votre engin, surtout si son coût est élevé.
  • Vos blessures physiques et dommages corporels le cas échéant.
  • Le vol, puisque les trottinettes nouvelles générations attirent les convoitises et que ces actes sont fréquents dans les grandes villes.