L’Union Européenne impose maintenant une réglementation autour des vélos électriques. Vitesse maximale, assurance, éclairage, homologation... voici ce que préconise la législation.

Quelle est la vitesse maximale autorisée pour un vélo électrique ?

La loi autorise les vélos électriques dont la puissance nominale ne va pas au-delà de 250 W. Cela correspond à une vitesse de 25 km/h. Au-dessus de cette vitesse, si l’utilisateur souhaite aller plus vite, il devra pédaler sans assistance. Il n’est donc pas interdit de rouler au-delà des 25 km/h, mais sans l’assistance pour vous seconder.

Certains vélos électriques possédant une vitesse maximale supérieure à 45 km/h (nommé « speedelec » ou « speed pédelecs ») ont aussi l’autorisation de rouler, mais sous des conditions plus particulières.

Que dit la loi en ce qui concerne les vélos électriques puissants ?

Les vélos électriques dépassant les 25 km/h sont tout simplement assimilés à des cyclomoteurs. Il est donc nécessaire de souscrire une assurance cyclomoteur et de posséder un permis de conduire A, B ou AM (un permis Apprenti Motard, anciennement appelé BSR). Il est également obligatoire de respecter le Code de la Route de ce genre de véhicule, tout en portant un casque.

Il est bon de rappeler que depuis le 1er juillet 2009, l’immatriculation des cyclomoteurs est obligatoire.

Pour utiliser ce type de vélo en France, l’âge minimum est de 14 ans.

Où peut-on rouler avec un vélo électrique ?

Un vélo électrique n’a pas le droit de circuler sur un trottoir. Il est possible de les traverser s’il est nécessaire, mais pas de circuler en permanence dessus.

Si des pistes cyclables sont disponibles, elles sont à privilégier par le cycliste. Sinon, il faut rouler sur la chaussée, en serrant à droite.

Les vélos électriques « rapides », quant à eux, n’ont pas le droit de circuler sur les pistes cyclables. Ils doivent se référer à la signalisation des cyclomoteurs. Ne faites pas l’amalgame si vous possédez ce type de vélo.

Un éclairage est-il obligatoire pour les vélos électriques ?

La réponse est oui. Vous devez avoir au minimum un éclairage sur les pédales et les roues. Il est également recommandé d’éclairer l’arrière et l’avant du vélo. Si vous roulez en dehors d’un lieu bien éclairé, un gilet à haute visibilité est grandement conseillé.

Quelle est l’homologation en vigueur ?

Quel que soit le pays européen dans lequel vous souhaitez rouler, vous devez être en mesure de présenter un certificat stipulant que le vélo que vous utilisez est homologué selon les normes de votre pays.

Il est fourni la plupart du temps par le vendeur, mais si ce n’est pas le cas vous pouvez en faire la demande auprès d’organismes tels que le CRITT, le LNE ou l’UTAC.

Le but principal de ce certificat est de respecter les normes du pays pour la bonne sécurité de l’utilisateur.

Une assurance est-elle nécessaire ?

Si vous possédez un vélo électrique dit « rapide », vous vous devez de posséder une assurance cyclomoteur. Si vous causez des dommages à un tiers, c’est cette assurance qui prendra alors en charge les différents coûts.